•  

    petites histoires enfantines

    la forêt enchantée

     

    L'histoire se déroule un 31 décembre, la veille du nouvel an. Anna est une jeune orpheline qui a été recueillie par sa tante et sa fille qui la considèrent plutôt comme une servante qu'une membre de la famille...

    La Reine du royaume, désire pour la fête du nouvel an, des galantusia pour décorer sa table, hors cette fleur n'est trouvable qu'au printemps.
    Sa majesté décide donc d'offrir 1 panier rempli d'écu à quiconque lui apportera 1 panier de galantusia ! Anna est envoyée en pleine nuit et au beau milieu de l'hiver, à travers la forêt chercher cette fleur...

    Elle rencontre au bord d'un lac, 12 vieux sages, qui en fait sont les esprits des 12 mois de l'année. Connaissant Anna, sa condition de vie, le travail forcé qu'on l'oblige à faire et sa générosité, Avril, l'esprit le plus jeune, et les autres vieux sages décident d'invoquer les esprits de la forêt pour faire venir le printemps et ainsi permettre à Anna de cueillir ses fleurs.
    Ils lui remettent également une bague magique en souvenir, et en cas de nécessité, Anna pourra lancer la bague en formulant cette phrase : "roule belle bague, roule très vite auprès de l'esprit du printemps, tout au long de l'été, aux portes de l'automne, au manteau de l'hiver jusqu'au nouvel an" et les esprits lui viendront en aide, mais tout ceci doit rester un secret et l'existence des esprits et le moyen d'avoir trouvé les fleurs ne doit jamais être divulgué... C'est sans compter sur la méchanceté de sa "demi-soeur" qui lui vole cette bague lorsqu'elle rentre, épuisée et s'endort.

    La Reine, à la vue de ces superbes fleurs, veut absolument connaître l'endroit où elles ont été cueillies. Arrivant par hasard devant le lac, et devant le refus d'Anna, elle lance la bague magique sur le lac. Anna invoque alors les esprits des 12 mois grâce à la formule magique pour qu'ils lui viennent en aide.
    Suivent en quelques minutes, chaleur, tempête de neige et orage déclenchés par les esprits.

    Finalement, Anna, ayant réussi à tenir sa promesse, repart plus belle que jamais dans un superbe manteau à bord d'un traîneau, sa bague au doigt, avec 2 chiens (qui sont en fait sa tante et sa fille que les esprits ont transformé ainsi à cause de leur méchanceté, pendant 3 années minimum) et se lie d'amitié avec la Reine, qui comme elle est orpheline...


    5 commentaires
  •  

    petites histoires enfantines

     


    Il adore lire sur les coussins de toutes les couleurs des romans, des bandes dessinées ou des albums… !
    Mais Jojo a un problème avec l'une des bibliothécaires.
    Elle est gentille, mais elle pose trop de questions.
    Quand Jojo rend un livre, elle veut tout savoir…
    « Alors, raconte ! Ça t'a plu ? Comment s'appelle le héros ? Ça ne t'a pas fait peur ? Il y a du suspense ? »
    Jojo l'évite. La bibliothèque, ce n'est pas l'école !
    S'il faut faire un résumé de tout ce qu'on a lu…
    Il préfère même rapporter ses livres à Madame Pétesèque qui inspecte les bouquins qu'on lui rend comme si on y avait laissé son goûter ou un chewing-gum en guise de marque-page…
    Mais, ce jour-là, pas moyen d'échapper à la grande bavarde.
    « Alors, il est bien ce livre ? Qu'est-ce que ça raconte ? »
    Bien sûr, Jojo n'aurait pas dû répondre ça.
    « Vous n'avez qu'à le lire vous-même ! »
    Quand il voit ce qu'il a provoqué …
    Jojo regrette ce qu'il a dit. Il le regrette encore plus…
    « BOUH BOUH SNIF ! »
    … quand la bibliothécaire lui dit son terrible SECRET.
    Depuis ce jour, Jojo n'est plus le même.
    « Encore en train de lire ? »
    « Je ne peux pas venir : j'ai un livre à finir. »
    « Il parle seul ? »
    « On dirait qu'il apprend quelque chose par cœur. »
    « Tu n'as pas vu mon chapeau ? »
    « Où est le grand couteau ? »
    « Je ne trouve plus mon foulard rouge et noir. »
    Et ce mercredi-là, quand Jojo sort, il ne sait pas qu'il est suivi.
    « Jojo ? Il n'est pas visible. Il donne une leçon dans la salle audiovisuelle . »
    « UNE LEÇON ? Une leçon de quoi ? »
    Madame Pétesèque, apprenant qu'elle a affaire aux parents de Jojo, consent à leur avouer le SECRET.
    Elle les emmène dans une petite pièce d'où on peut voir ce qui se passe dans la salle de spectacle.
    « Comment, Blanquette, tu veux me quitter ? »
    « Je… me languis ch… chez vous. »
    « Regarde-moi, je suis Rackham le Rouge ! »
    « Elle suit bien, je pense que, dans quelques semaines, grâce à Jojo…
    … elle saura LIRE autrement qu'avec le stylo qui déchiffre les codes-barres .
    Elle pourra alors passer son examen et devenir une vraie bibliothécaire. Mais, chut, les voilà ! »
    « La semaine prochaine, on attaque les contes de Perrault. J'apporte des bottes, toi, cherche des petits cailloux : on fera le petit Poucet ! »
    Un an plus tard, Madame Pétesèque prend sa retraite. Elle est très heureuse d'annoncer à ses lecteurs que son assistante vient de réussir son examen… et que c'est par elle qu'elle va être remplacée.
    La nouvelle vraie bibliothécaire adore raconter des histoires aux enfants.
    « Alors le loup se jeta sur elle et la MANGEA ! »
    Le mercredi, quand il y a beaucoup de monde, quelqu'un vient lui donner un coup de main…
    « Alors, Jojo, ça te plaît, cette histoire ? Raconte ! »

     jojo aime la bibliothèque.

    histoire trouvé sur le net "il était une fois une histoire "

     




    1 commentaire
  • petites histoires enfantines

    Valérie était triste parce que les vacances étaient finies.
    Le temps déjà n'était plus aussi beau et tout le monde dans la maison s'occupait des préparatifs du départ.
    Boudeuse, Valérie préférait se promener une dernière fois au bord de la mer, ramassant des galets et s'amusant à laisser ses empreintes de pas sur le sable mouillé.
    Elle attendit Victor qui vint à sa rencontre, les mains derrière le dos. Victor était son compagnon de vacances. Il habitait la région et passait tout son temps libre à jouer avec elle.
    « J'ai un cadeau pour toi. » dit-il et il lui présenta un très gros coquillage rose à l'extérieur et blanc à l'intérieur.
    « Mais j'ai déjà plein de coquillages à la maison.
    — Oui, mais celui-là n'est pas comme les autres. Écoute. »
    Valérie mit le coquillage à son oreille et, surprise, ouvrit grand ses yeux. Non seulement elle entendait le bruit de la mer comme avec n'importe quel autre coquillage, mais il y avait aussi ses cris, ses rires, toutes les conversations qu'elle avait eues avec Victor au fil des jours. Un parfum de bonheur et de bonne humeur flottait dans l'air autour de ce merveilleux coquillage. « Quand tu seras rentrée, il te suffira, à chaque fois que tu te sens triste, de le mettre à ton oreille et d'écouter. » De retour à Paris, Valérie mit précieusement le coquillage dans son coffret secret. Elle le retirait à chaque fois qu'elle pensait aux vacances et sa tristesse la quittait.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique